jeudi 10 décembre 2015

Suivre le papillon jaune.

Cet automne, nous avons "officiellement" commencé les parcours de randonnée avec les enfants. Nous marchons déja énormément chaque jour, les enfants ayant toujours aimé marcher. Ainsi, depuis leurs premiers pas, ils marchent, explorent, vont où leurs envies les mènent, et... nous les suivons. Mais nous avons aussi toujours été là pour les porter si le besoin s'en faisait sentir (même si à un moment Monsieur a douté de cette pratique ;-)) Je suis très heureuse de pouvoir leur offrir cette liberté de mouvement, c'est une des nombreuses raisons qui ont fait que je voulais pouvoir être là et m'occuper d'eux pendant leur petite enfance.

En randonnée, les enfants sont bien entendu libres de leurs mouvements mais ils marchent en suivant les papillons jaunes. Il y a un itinéraire de "prévu" et bien loin d'être une "contrainte", cela ajoute un côté mystérieux et un sentiment d'aventure: où les papillons vont-ils nous mener?
Les enfants les guettent, veulent les toucher, sont fiers de les montrer. C'est vraiment une autre façon de marcher.
découverte de l'itinéraire choisi
un papillon jaune!
Je ne pourrais commencer de lister toutes les bonnes choses qu'apporte la randonnée tant il y en a... La découverte de nouveaux endroits, la Faune et la Flore de notre région, le sentiment d'aventure, la rencontre d'autres randonneurs et des discussions enrichissantes, la recherche et le choix d'un parcours, l'étude de la carte et des plans, le développement de l'orientation dans l'espace, des rires, des découvertes... Que du positif, vraiment.
Cerfs-volants, plateau de Gergovie.
Les randonnées sont une occasion de plus pour les enfants d'apporter leur petit monde dans l'aventure: lorsque nous montions une pente, M. s'est exclamé "tenez-vous tous par la queue, dit papa souris, vous grimperez plus facilement" (la famille souris). Lors d'une randonnée en forêt, il s'est pris les pieds dans d'énormes racines et répétait alors en rigolant "Attention, il y a des trébuche-bronche!" (la chasse à l'ours). Ils apportent leur vécu en chaque lieu et se l'approprient. Ce sont réellement de nouveaux moments merveilleux que nous partageons en famille.
Gorges d'Enval.
Bien entendu, l'inverse est vrai aussi. Les enfants apprennent tellement naturellement que, comme pour chaque chose qu'ils vivent au quotidien, les randonnées ont amené un nouveau souffle à leurs jeux: ils jouent à "être" Léa et Tino, les personnages des parcours de randonnée pour enfants.
Ils reproduisent des lieux de randonnée en 3D, avec des Legos par exemple:
Voitures en ascension vers le plateau de Gergovie et enclos
M. a même eu envie de dessiner certains lieux! Lui qui dessine "peu", du moins en essayant de reproduire quelque chose de figuratif (il a toujours été en "dessin libre"), c'est une nouveauté.
Vallée des Rouets
Ici il a fait une sorte de plan de la vallée des Rouets, qui est un circuit fermé, avec "ses personnages en métal" A noter qu'en plus de peu dessiner au quotidien, M. ne dessine jamais de bonhommes. D'ailleurs il ne s'agit pas réellement de bonhommes, mais de "personnages en métal" ;-))
Vallée des Rouets

Chaque fois que nous faisons le choix de laisser nos enfants libres de faire les choses à leur rythme (ou justement de ne pas les faire), sans leur imposer quoique ce soit, nous ne pouvons néanmoins nous empêcher de douter...
Est-ce le bon choix? Passons-nous à côté de quelque chose?
Bien sûr que pour nous c'est important que personne ne force notre fils à dessiner ou faire des bonhommes, mais on ne peut s'empêcher de penser que peut-être nous faisons fausse route.
Des enfants de 4 ans, habitués à faire du graphisme, des travaux dirigés, à dessiner des bonhommes dessinent certainement "beaucoup mieux" que lui. Ils en tirent même certainement du plaisir, une certaine satisfaction.
Mais quand je vois M. prendre ses crayons d'un air décidé à 21h30 pour reproduire quelque chose qu'il a vu et expérimenté quelques jours auparavant, concentré et motivé, je suis persuadée que cela vient du plus profond de lui et répond à un fort élan intérieur, cela a du sens.
Personne n'est là pour commenter, orienter, comparer ce qu'il fait à une "norme" donc j'ai bon espoir que cet élan soit toujours présent, même quand il n'est pas visible.

2 commentaires:

  1. Je suis rassurée mon grand n'est pas un grand artiste non plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, alors moi par contre je trouve qu'il est totalement artiste! Chaque "dessin" qu'il fait vient réellement d'un besoin profond... Il va s'investir à 200% dedans, se régaler du processus et ne pas s'intéresser ou s'attarder sur le résultat! En plus, tu verras, comme pour tout, si l'enfant est libre, quand il y prêtera intérêt, il va "progresser" dix fois plus vite! Maintenant il dessine tous les jours, surtout à la craie. Il adore faire des formes géométriques (bon ça il a toujours adoré!) et on ne croirait pas qu'il n'a jamais fait de graphisme! Pour le figuratif, il a encore dessiné un oiseau avec une boule de graines (parce qu'on en a mis dans le jardin hier) et c'était vraiment plein de détails. En tout cas, j'aime sa façon d'aborder le dessin :)

      Supprimer