dimanche 24 avril 2016

Le processus, pas le résultat (où l'art de vivre l'instant présent)

L'autre jour les enfants se sont installés à la table pour dessiner.
Ils n'y allaient pas avec une intention particulière (cela leur arrive, mais ce jour-là non). C'était juste pour le plaisir de laisser des "traces" et voir où les crayons allaient les emmener cette fois-ci.


M. dessine un soleil (c'est d'ailleurs la première fois qu'il fait un soleil jaune)
E. fait des traits.


Rapidement, chacun se met à raconter ce qu'il fait. Il y a le soleil d'un côté, puis des "araignées sur un fil" de l'autre. Ils sont alors chacun dans leur univers propre et commentent plus pour eux-mêmes (comme lorsqu'ils jouent) plutôt que pour un auditoire. Je ne sais même pas s'ils ont seulement conscience de l'autre à ce moment-là tellement chacun est absorbé par ce qu'il fait.
En bougeant son crayon, E. explique que l'araignée bouge ses pattes et elle imite le mouvement avec sa main libre :-)


M. explique qu'"on voit bien le soleil car il fait jour" et en même temps il ajoute le bleu du ciel.
Puis il dit que la "nuit va tomber" et prend son crayon noir.
De paroles en gestes, le dessin prend forme. Cette fois l'intention est là, le plaisir palpable.


E. dit qu'"on va voir de la lumière de lave dans la nuit" et décide de faire un volcan en éruption. A chaque "trait de lave" elle explique comment "la lave va de plus en plus haut et touchera bientôt le soleil"!
(oui, la lave peut être bleue)

Puis viennent les bruitages d'explosions à chaque trait qui va de plus en plus haut. En même temps le noir recouvre tout ce soleil et tout ce bleu que M. avait pris soin de dessiner et colorier.
Les enfants mélangent alors leur univers, rient ensemble, imaginent ensemble, créent ensemble. Et moi j'assiste silencieuse à ce moment magique de création, je me fais toute petite et je profite (je vole quelques photos au passage aussi...)


Voilà qui illustre parfaitement comment l'enfant, à la base, est intéressé par le processus de création en lui-même. Il ne cherche pas à obtenir un résultat, un produit fini. Il vit à fond et profite de chaque instant de création et se fiche de savoir à quoi ressemblera le "produit définitif". Il ne se projette pas, il est ici et maintenant. D'ailleurs il ne recherche pas non plus de résultat final "esthétique" particulier. M. n'a pas hésité à complètement "gribouiller" de noir son dessin pour vivre à fond son expérience de reproduction de la nuit qui tombe avec le ciel qui s'assombrit jusqu'à devenir complètement noir et le soleil qui disparaît du ciel, littéralement voilé par l'obscurité.
Voilà ce qui a marqué la "fin" de son dessin. La nuit est tombée. Ce n'est certainement pas parce qu'il a jugé avoir devant lui un produit suffisamment "esthétique" pour être montré et apprécié des autres. Non, la séance s'est arrêtée parce que l'expérience qu'il vivait avec tous ses sens a naturellement pris fin. Le processus était terminé.

Une fois fini, les enfants ont d'ailleurs laissé leur dessin en plan, dans l'état, et n'en ont plus parlé. Comme s'ils l'avaient complètement oublié, ils sont passés à une autre occupation qui les a tout autant absorbés et passionnés.
Ils avaient vécu ce moment de création libre à 200% et étaient déja en train de vivre une autre aventure. A quoi bon s'attarder dessus?

la nuit a bel et bien remplacé le jour et l'éruption est terminée.

Ils n'ont pas eu envie de "signer" leur dessin, de le dater, l'afficher, l'offrir ou je ne sais quel autre sort l'adulte pourrait penser lui réserver...
Non, rien de tout ça.
Tout comme ils n'avaient rien prévu en s'installant pour dessiner, ils n'ont rien prévu pour leur dessin une fois terminé.
Ils vivent l'instant présent, totalement. Et ça, c'est vraiment une leçon de vie que les enfants nous donnent chaque jour.


En attendant, moi, j'hésite quand même à le jeter ! ;-) 

8 commentaires:

  1. J'adore ! tu racontes très bien ce qu'il est très difficile de raconter... Cette spontanéité de l'enfant à l’œuvre, cette interaction, tout ce travail non réfléchi, spontané, sans contour vraiment net..; Je l'observe chaque jour et il me rend baba ! :-D Et comme toi, j'hésite à jeter ... :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi je suis baba d'assister à cela chaque jour ^^ Bon, depuis l'article, je n'ai toujours pas franchi le pas de jeter... mais j'y songe de plus en plus!! ;-)

      Supprimer
  2. J'adore ton article et la merveilleuse histoire de ce dessin ! Oui, c'est bien le processus le plus important, d'accord avec toi ! Et moi, jeter, j'y arrive pas ... Heureusement qu'il y a les photos pour certains trucs ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton retour et partage! Oui voilà, c'est cela, je songe à jeter, mais je n'y arrive pas, j'ai bien conscience que c'est un problème qui m'est personnel et sur lequel je dois travailler ^^ A un moment, il ne sera plus possible d'accumuler! Je n'imagine même pas pour toi avec 5 enfants (il me semble!) Et oui, j'en fais des photos, mais je me dis que ça ne remplace pas.. on perd, la texture, la taille, ce qui ramène le plus au "vrai" moment ... :-/

      Supprimer
  3. ce dernier paragraphe me rappelle que j'ai un gros travail de lâcher prise à faire avec tous ces dessins qui trainent ici et là laissant des traces de leur envie du moment, de leur histoire de leur interêt... et comme d'habitude au bout de quelque jours où je les vois traîner , je ne peux m'empêcher de leur dire : on le range, on le date,on le jette, on en fait quoi????? et je vois deux grands yeux qui me regardent en se demandant bien quelle réponse me donner car oui pour eux, c'est l'instant présent qu'ils vivent!!! belle leçon de vie, et magnifique article !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire :) Exactement pareil... un gros travail de lâcher prise... C'est tout à fait ça qu'il faut que je fasse, mais comment? ;-) Cela fait un moment que j'en ai conscience, j'y arrive depuis un ou deux ans pour mes affaires à moi, pour celles des enfants, c'est plus difficile... !!

      Supprimer
  4. Super cet article ! Je constate en ces temps de fête des mères et pères qu'encore beaucoup de cadeaux soit disant artistiques ne sont que l'oeuvre des adultes ... (qui veulent bien faire) et que les enfants s'en fichent pas mal ! Ce qu'il est difficile de garder en mémoire, ce sont les explications des enfants quand ils sont dans l'acte de création, et c'est aussi ce qui fait toute leur valeur.
    Pour ton hésitation à jeter, je comprends, mais j'ai passé ce cap : je jette et je garde des photos ! (C'est pas tout à fait jeter du coup:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence également à jeter.. Mais avant je fais attention tout de même, il arrive à présent que de temps en temps mon plus grand ait envie de garder ses dessins ou peintures (volcans), voire de les afficher dans sa chambre, car ce sont des sujets qui lui tienne à coeur! Sinon j'ai toujours un petit carnet de citations, je prends des notes et des photos aussi.. Mais elles se perdent un peu au milieu des autres, donc bon je n'ai pas encore passé le cap de jeter tout ce qui est jetable ^^ Nous déménageons le mois prochain et je veux me pencher sur un système pour ça justement ;) peut-être regrouper les photos et faire un album, avec quelques "vrais" dessins.. on verra :)

      Supprimer